Venelles pour Vous

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 24 janvier 2011

Un roman sur Venelles

C'est une macabre découverte qui vient d'être faite sur la propriété du sculpteur Louis-Félix Chabaud... l'occasion de revisiter l'Histoire, de découvrir de sombres secrets. Deux hommes mènent parallèlement l'enquête. Ils devront déjouer bien des conspirations mais surtout décrypter l'œuvre du sculpteur qui est le personnage central de ce « polar ».

De l'Opéra de Paris à celui de Monte-Carlo, en passant par l'Italie et la Syrie ils devront retracer le parcours de l'ornemaniste et par là même celui du plus célèbre architecte de son temps, Charles Garnier qui était son meilleurs ami.

Du second Empire à nos jours, en faisant un petit détour sous la Commune et la deuxième guerre mondiale ce livre qui est d'ailleurs illustré de plusieurs photographies couleurs permet de voyager dans le temps et l'espace, de croiser des personnages tels que Napoléon III, McMahon, Carlo Felice Orsini, Georges Feydeau mais aussi Mussolini et Churchill et même si la trame est celle d'un roman il permet aussi de s'instruire, constitue une approche ludique de ce grand sculpteur qui a fait la célébrité, en son temps, de notre village et qui a hélas été quelque peu oublié depuis.

Les fantômes de l'Opéra ont perdu leurs linceuls est un livre que vous pouvez vous procurer directement chez l'éditeur depuis internet : http://www.bod.fr/index.php?id=1786&objk_id=459165

Et également sur www.amazon.fr et www.chapitre.com

L'auteur, Jean-Marc HERY est un Venellois passionné qui a permis d'exhumer littéralement ce grand sculpteur qu'était Louis-Félix Chabaud.

Imaginez qu'il réalisa pas moins de 600 sculptures à l'Opéra de Paris, des marbres, des bronzes, des masques en stuc ou en staff ! Il travailla avec Charles Garnier mais aussi avec Gustave Eiffel (sur l'Opéra de Monte-Carlo et l'Observatoire de Nice), réalisa des œuvres pour le Musée du Louvre, pour l'Hôtel de Ville de Paris et aussi pour les villes de Marseille, Aix et Orgon.

Depuis quatre ans, Jean-Marc HERY, via l'association Kaléidoscope des Arts Pluriels défend le dossier de ce sculpteur avec acharnement.

Il a ainsi permis de collaborer à une première exposition réalisée au Musée Fabre de Montpellier consacrée au peintre Alexandre Cabanel (voir le magnifique ouvrage « Cabanel, la tradition du beau » paru aux éditions Somogy).

Il a aussi permis de faire reconnaître la présence d'un gigantesque complexe gallo-romain sur la propriété du sculpteur, avec l'appui du professeur Christian Goudineau du Collège de France et doit sortir dans quelques semaines la première monographie de Chabaud qui sera préfacée par Mathias Auclair, conservateur de l'Opéra de Paris, Maud Dommange des Beaux Arts de Paris et Edouard Papet, conservateur en chef du département sculptures du Musée d'Orsay.

Il intervient aussi régulièrement en qualité de conférencier et sera l'un des acteurs de l'exposition sur les Prix de Rome donnée cet été dans le cadre de la galerie du conseil général Cours Mirabeau à Aix.

Son ouvrage, quoique romancé se veut aussi fidèle à une certaine vérité historique concernant l'époque de Napoléon III et la seconde guerre mondiale. Il reflète des recherches acharnées sur Paris, Monaco, Rome, Florence et Naples.

L'auteur nous a ainsi autorisés à publier un extrait de son livre qui, nous l'espérons, suscitera de la curiosité.

25 janvier 1875.

La place de l'Opéra est en effervescence. Le soir même le général McMahon doit procéder à l'inauguration du bâtiment. Le directeur Halanzier parcourt une dernière fois les grands escaliers, s'assure que les marbres ont été briqués, que les fleurs ont été correctement positionnées. Il s'inquiète de ce que l'éclairage électrique ne fonctionne toujours pas à quelques heures de l'arrivée des premiers invités.

Son visage traduit la plus vive inquiétude. Un agent de sécurité ne tarde pas à le rattraper : on signale un problème dans le vestibule d'entrée ou s'amassent les badauds. Ici se côtoient toutes les classes sociales : qu'ils portent le claque ou une simple casquette miteuse, tous espère négocier une place. Or depuis des heures, le ton est monté : les cannes martèlent le sol et les plus hardis osent crier qu'à l'époque de Napoléon III les choses eussent été différentes. Les cordes qui contiennent la foule se tendent de plus en plus.

Le responsable du vestiaire tente de se frayer un passage au milieu de cette horde. Il interpelle Halanzier comme s'il eût s'agit d'un de ses collègues. Ce dernier ce froisse, réajuste sa veste et se contente d'un signe de la main pour faire comprendre qu'il n'a pas de temps à perdre.

« Il faut vendre les billets réservés aux députés ! ils devaient les retirer avant 17h, les ordres du général sont pourtant très clairs ! »

Halanzier s'arrête net, esquisse une moue réprobatrice puis se livre frénétiquement à son activité préférée lorsqu'il se trouve en position délicate : il retire ses binocles , souffle sur les verres et commence de petits mouvements circulaires avec son mouchoir pour les nettoyer.

« Si nous faisons ça nous aurons droit à une émeute ! seuls 245 parlementaires ont été tirés au sort pour disposer de places ce soir et ils sont encore réunis en Chambre. Je sais que Monsieur Garnier vous a négocié ce poste... je connais aussi votre passé de directeur du théâtre de Bordeaux mais ici, je reste, du moins jusqu'à ce soir, le seul maître de ballet ! »

Sans même décocher un regard à son interlocuteur et faisant fi des hurlements de la foule il fait mine de remonter dans les étages lorsqu'une paluche d'étrangleur vient se poser sur son épaule et l'oblige à se retourner.

« Pourquoi croyez-vous que McMahon ait organisé une réunion plénière de l'Assemblée ? Dehors cela devient incontrôlable : même les hauts-fonctionnaires revendent leurs places 5 Louis chez les marchands de vin de la rue Drouot. Si vous n'y prenez garde vous risquez de ne plus rien contrôler. Vendez les places des députés ! »

Halanzier hésite une dernière fois, observe la foule amassée devant l'entrée et prend le temps de considérer l'entrée fracassante d'un parlementaire en frac, la canne menaçante. Le Député Tolain, réputé en faveur de la Commune, venait de pénétrer dans le saint des saints. La moustache lustrée et le haut de forme impeccablement dressé il se dirigeait d'un pas leste vers le directeur, repoussant à la manière d'un joueur de rugby (ce sport né au début du siècle en Angleterre) tous les laquais qui tentaient de lui faire obstacle.

Parallèlement, le nouvel archiviste, Charles Nuitter, déboulait telle une furie, les bras encombrés de rouleaux et documents divers. La collision des deux hommes devenait inévitable et les bedeaux éclatèrent d'un rire si franc que Tolain en perdit son légendaire self-control, déchirant à qui mieux-mieux les plans, cartes et autres papiers qui lui tombaient sous la main.

« Cochon de bonapartiste ! engeance d'esclavagiste ! Ne pourriez-vous respecter un peu plus la voix du peuple ? Vous étiez à n'en pas douter de ceux qui nous ont décimés ici en soixante et onze ! Je vous imagine bien, la baillonnette aiguisée, visant de malheureux citoyens de Paris qui pourrissent aujourd'hui dans les fondation de ce gouffre financier et nourrissent les carpes ! »

Puis se retournant vers le Directeur qui profitait de l'incident pour tourner les talons...

« Et vous là ! le cloporte à la solde de notre bon général !... par bonheur je me suis retrouvé ce matin légèrement indisposé de sorte qu'il ne m'a pas été permis d'assister à la séance du jour ! »

Halanzier pensait en son fort intérieur que l'assemblée avait perdu là son plus tonitruant orateur et que c'était son jour de chance.

« Oui, vous ! porc accoquiné avec Bismarck ! Traître à la Nation, ordure ! »

Une main s'agrippe à l'avant-bras du responsable du vestiaire qui, l'instant d'avant, réclamait que l'on mette en vente les billets des députés.

« Je crois, mon cher François que vous avez renoncé à vos fonctions de directeur du Grand Théâtre de Bordeaux pour nous rejoindre ?... mais pensiez-vous arriver dans un zoo où les primates dominent ? Savez-vous qu'à Paris certains babouins ont un postérieur en forme de cœur mais un cerveau de la taille d'une noix ? ... et savez-vous qu'il me faut subir leurs assauts quotidiennement ???

Monsieur le Député, que puis-je pour vous satisfaire ??

_ j'ai reçu mon invitation et suis venu sine die la retirer...

_ Et alors ?

_ Alors ? ... je suis placé à cour !!!!... jamais, vous m'entendez ? Jamais un député de gauche n'acceptera de s'asseoir à droite de Mc Mahon ! »

vendredi 5 novembre 2010

Chabaud sur ses terres


Une première en Région , à Venelles le mardi 9 Novembre à 19h00

Félix Chabaud artiste Venellois, hélas encore trop méconnu chez lui, grand prix de Rome, son histoire, ses œuvres, ses origines, de Venelles à Paris via Rome et...

Venez découvrir sur grand écran vidéo Félix Chabaud et ses œuvres aussi grandioses que discrètes et ...mystiques, présenté par : Jean Marc Héry lui aussi Venellois.

Jean Marc a réalisé un travail fabuleux pour reconstituer l'œuvre de Chabaud, ses croquis, ses dessins, ses peintures, ses sculptures près de 5 années de travail. Il met sous presse un ouvrage remarquable, de 270 pages avec une fabuleuse monographie et quelques 210 photos, présenté en avant première le 9 novembre.

Invitation à cette première de Chabaud sur ses terres par Jean-Marc Héry: Mardi 09 Novembre à 19h00 à Venelles
24 av de la grande Bégude (derrière la SMC face au Ribérou )

Attention places très limitées

Association PARI

mercredi 8 octobre 2008

7ème rencontres citoyennes

La Maison des Jeunes et de la Culture de Venelles présente
l'ouverture des 7ème rencontres citoyennes le samedi 18 octobre
'Du Chouia à la Stéganographie"

11h30 : Les Icarionautes “Essai d’envol” (Esplanade Cézanne) (Gratuit)
20h30 : Eloge de la Pifométrie (Salle des Fêtes)

Le programme complet et renseignements sur mjcvenelles.free.fr

samedi 31 mai 2008

L'O.M.C.J c'est fini.

Nous vous invitons à aller lire l'article qu'ils y consacrent sur leur site : OMCJ 1990-2008
Merci à tous ceux qui ont, à travers l'OMCJ et durant ces 18 ans, oeuvré pour nous offrir une culture pour tous et riche de sa diversité.

mardi 20 novembre 2007

Communiqué de l’OMCJ

Le 13 novembre 2007, le Tribunal Administratif de Marseille a rendu sa décision : elle condamne la commune de Venelles pour avoir méconnu ses obligations contractuelles, mettant l’OMCJ dans l'impossibilité de remplir sa mission faute de moyens matériels et financiers suffisants. Le Tribunal condamne la commune de Venelles à verser à l'OMCJ le montant du préjudice, exactement apprécié par lui, assorti des intérêts, ainsi qu’une somme au titre des frais exposés (la commune étant partie perdante).
En 2005, le maire de la commune avait choisi d’ignorer la convention liant la commune à l’OMCJ pour une durée de 3 ans, convention approuvée à l’unanimité par le Conseil Municipal, un an plus tôt. Pendant près d’une année, l’OMCJ avait alors entrepris une série de démarches afin de remédier à une situation dommageable pour la structure et pour les salariés qui y travaillaient : renégociation de la convention, intervention auprès du médiateur, fin de la convention au 30 juin 2005, sous réserve d'une juste compensation pour les salariés... Les représentants de la commune opposèrent refus ou mutisme à ces initiatives prises par l’OMCJ. Ayant épuisé toutes les voies de recours, ce n’est qu’en dernier ressort que l’OMCJ avait introduit des procédures au Tribunal Administratif :

  • fin septembre 2005, dépôt d’un recours auprès du Tribunal afin que celui-ci ordonne à la commune de remplir ses obligations contractuelles.
  • fin 2005 introduction d’une demande en référé provision, afin d’assurer le paiement des salaires. En décembre 2005 le tribunal administratif a ordonné à la commune de verser à l’OMCJ la somme qu’elle demandait. Après interjection en appel de la commune, cette décision a été confirmée en mars 2007 par la cour administrative d’appel.
  • en 2006 les représentants de la commune, persistant dans leur refus d’honorer leurs obligations conventionnelles (malgré la condamnation en référé), l’OMCJ était de nouveau amené à déposer le même type de recours qu’en 2005.

Ce 13 novembre ce sont donc les procédures au fond qui ont trouvé une issue : les procédures introduites par l’OMCJ sont closes, mais, au total, c’est près de 100 000 euros que, le refus des représentants de la commune d’honorer leur signature, aura coûté aux Venellois.

Depuis le 1er septembre 2006, il n’y a plus de convention entre l’OMCJ et la commune de Venelles, qui, pour l’année 2007, a subventionné l’association à hauteur de 0 euro. Depuis le 23 juin 2007, la dénomination de l’OMCJ est : Office Méridional de la Culture et de la Jeunesse (OMCJ).

OMCJ 12, avenue de la Grande Bégude 13770 Venelles.
04 42 54 39 82/Fax 04 42 54 02 46
omcj.venelles@free.fr
http://www.omcj-venelles.free.fr

mercredi 28 mars 2007

OMCJ : vainqueur par KO !

Bravo l’OMCJ !!!

La cour administrative d'appel informe l'OMCJ que la requête en appel de la commune de Venelles (visant à annuler l'ordonnance de référé, rendue en faveur de l'OMCJ, par laquelle elle condamnait la commune à verser à l'OMCJ une provision de 52 000 euros), est rejetée et condamne la commune de Venelles à payer 750 euros au titre des dépens.

Le vent tourne. Encore bravo à vous, équipe de l’OMCJ, pour votre courage et votre ténacité. A aucun moment vous n’avez baissé les bras malgré le harcèlement constant que vous subissez depuis des mois, des années.
Ce jugement est le vrai lancement de l'OMCJ conforté dans ses droits. Enfin !!!
Nous pouvons donc être confiants en la justice de notre pays, une justice impartiale, libre et indépendante. Qui œuvre avec rigueur malgré toutes les pressions indécentes et ridicules de la mairie de Venelles.
BRAVO ! Continuez, continuons : l'issue favorable est proche!!!

Pierre MORBELLI

Lire la suite

mardi 29 août 2006

Que vive l’OMCJ !

Bonjour à toutes et à tous.
Aujourd’hui, nous sommes tristes et catastrophés : la municipalité en place expulse l’OMCJ de ses locaux, ce 31 août au soir !!! Nous nous sommes battus et engagés pendant plus de 10 ans pour l’inventer, le construire, le faire fonctionner à la grande joie des Venellois et du PAYS d’AIX, grâce à la compétence de l’ensemble des personnels, directeurs, bénévoles, associations membres du comité d’administration, présidents, sponsors, sans oublier bien sûr nos élus qui, de 1989 à 2001, ont participé à ce formidable élan culturel à Venelles avec l’OMCJ.

NOUS LE RECONSTRUIRONS ENSEMBLE !

L’OMCJ nous convie à son pot de « nouveau départ », ce jeudi 31 août à 17h30 à son siège historique, rue des écoles.

Amenez avec vous de quoi grignoter et boire à sa santé.
Soyons tous présents pour lui témoigner notre confiance d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Pour l’aider dans cette traversée du désert… jusqu’aux résultats… des futures élections municipales.

Pierre MORBELLI

mercredi 24 mai 2006

Concert gratuit au pied de la montagne Sainte-Victoire

L’orchestre philharmonique de Berlin jouera le 5 juillet à Puyloubier en hommage à Cézanne
Pour sa première visite en Pays d’Aix, l’un des plus prestigieux orchestres au monde vient rendre hommage à l’enfant du pays, Paul Cézanne. Au programme : la symphonie n°5 de Gustav Mahler. Placé sous la direction de Sir Simon Rattle, ce rendez-vous musical sans précédent se déroulera le 5 juillet 2006 au pied de la montagne Sainte-Victoire, dans la carrière des Bréguières sur la commune de Puyloubier.
Unique par son ampleur, son site d’accueil et son offre artistique, cet événement s’inscrit dans le cadre de la célébration du centenaire de la mort du peintre Paul Cézanne.
Organisé par le Festival d’Aix-en-Provence en association avec la Communauté du Pays d’Aix et la Mission Cézanne 2006, ce concert gratuit et ouvert à tous, devrait réunir plus de 10 000 spectateurs.

Carrière des Bréguières - Puyloubier - Le 5 juillet. Entrée libre.

Contact/Réservations Téléphone / Fax : 04 42 17 34 96
http://www.agglo-paysdaix.fr/actualites.htm?id=180

jeudi 6 avril 2006

OMCJ : Soirée Chanson avec Fred et Rit

vendredi 7 avril 2006 à 20h30 à la Salle des Fêtes

Plus d'informations sur le site de l'OMCJ

Montrons notre soutien à l'OMCJ et rendons-nous nombreux à leurs rendez-vous !

mardi 17 janvier 2006

l'OMCJ de retour en force sur la toile

Le site de l’OMCJ est à nouveau en action... Vous pourrez le (re)découvrir sur le lien suivant : www.omcj-venelles.org

lundi 12 décembre 2005

L'OMCJ continuera d'exister

Suite à la requête en référé provision de l'OMCJ contre la municipalité, le Tribunal Administratif de Marseille a tranché.
L'OMCJ continuera d'exister et la commune est condamnée à verser à l'Office une provision de 51 212,60 euros sur les 278 024,19 euros réclamés sur le fond ainsi que 1000 euros de frais de justice.

Nous nous réjouissons pour l'avenir de la Culture à Venelles ainsi que pour toute l'équipe de l'OMCJ.

Malheureusement c'est encore une décision prise par M. Saez et son reste d'équipe, contre l'avis des 14 membres de l'opposition (et contre la volonté de très nombreux venellois), que les contribuables devront payer. Peut-être M. Saez pense-t-il déjà à un nouvel emprunt...

Lire l'odonnance du 6/12/2005 du Tribunal Administratif de Marseille (PDF)

mercredi 5 octobre 2005

Exposition "Deuxième Peau, habiller la danse"

Pierre Morbelli vous convie au vernissage de l'exposition Deuxième Peau, habiller la danse

vendredi 7 octobre 2005 à 18h30
Galerie d’Art
Conseil Général des Bouches du Rhône
21 bis, Cours Mirabeau
Aix-en-Provence

En présence de Jean-Noël Guérini, Président du Conseil Général et de Michel Pezet, Vice-Président du Conseil Général délégué à la Culture.



L'exposition se tiendra du 8 octobre au 30 décembre 2005
Horaires d'ouverture de la Galerie: 9h30-13h et 14h-18h, fermée les lundis

A noter la publication chez Actes Sud de "Deuxième peau Habiller la danse"
"Faire un point sur l'histoire de la danse de ces vingt dernières années et plus précisément d'en dresser un portrait à travers l'évolution de sa garde robe. La sortie de ce livre et de l'expo accompagne l'édification du centre chorégraphique d'Aix-en-Provence confié à Angelin Prejlocaj."
disponible en librairie le 24 Octobre

jeudi 29 septembre 2005

Fête du Livre 2005 - Günter Grass invité à la Cité du Livre 7-9 octobre

Pour cette Fête du Livre 2005, les Écritures Croisées sont fières d’accueillir à la Cité du Livre, dans le pays d’Aix, l’auteur qui a le plus parfaitement réussi à croiser les destins et les êtres.



Présentation et programme de l'événement : http://www.citedulivre-aix.com/guntergrass/index.htm

mercredi 11 mai 2005

OMCJ - Un arrière-goût amer pour les huitièmes "Cuvées du Jazz "

Lire l'article de la Provence

mardi 10 mai 2005

OMCJ : Chronique d'une mort annoncée

Le Conseil d'Administration de l'OMCJ rompt le silence médiatique... Lire