Cela fait quelques jours que la rumeur de l’oreillette de Nicolas Sarkozy tourne sur Internet. Pour mémoire, cette histoire vient d’une image du dernier passage du candidat de l’UMP sur TF1. Un gros plan de dos donnait l’impression qu’il disposait d’une oreillette, et donc que l’émission était plus ou moins truquée (voir la vidéo de l’oreillette de Nicolas Sarkozy)
Un extrait de l’émission a commencé à tourner via Dailymotion, mais Jean-Marc Morandini a rapidement expliqué qu’il s’agissait probablement d’une illusion d’optique dûe aux projecteurs du plateau.

Il n’empêche que certains internautes sont restés convaincus de la manipulation. Ils ont donc continué à diffuser cette partout où ils le pouvaient, notamment dans les commentaires du blog dudit Loïc Le Meur, technologue americanophile et responsable de la campagne Internet de l’UMP.
Le voilà aussitôt qui prend la mouche. Ces commentaires qui mettent en avant la duplicité de Nicolas Sarkozy ne sont pas pour lui plaire. À ses yeux, il ne peut bien évidemment s’agir que d’un complot du Parti Socialiste qui déchaine ses hordes de militants électroniques sur son forum pour discréditer son candidat (!)
Que faire ? Accepter la règle du blog et laisser les commentaires ouverts, quitte à devoir gérer la polémique ? Fermer les commentaires mais reprendre un peu de contrôle sur la propagation de la rumeur ?

Pas besoin de tant de finesse pour celui qui est, il faut le rappeler, le responsable Internet de la campagne de l’UMP : ni une, ni deux, le voilà qui publie un article pointant du doigt les commentateurs propagandistes. Le tout en diffusant leur pseudonyme, leur adresse email et surtout leur adresse IP.

Je ne souhaite pas débattre du caractère moral ou immoral de cette façon de réagir. Je souhaite simplement rappeler que la loi de 1978 impose à tout webmestre de prévenir les usagers de son site des utilisations qui seront faites de leurs données personnelles. L’informatique "ne doit porter atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques". C’est donc logiquement que la loi de 1978 impose qu’un "traitement de données à caractère personnel doit avoir reçu le consentement de la personne concernée." La loi de 1978 est disponible sur Legifrance : Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 Loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés

Le non-respect de ces principes est d’ailleurs lourdement sanctionné : l’article 226-18 du Code pénal prévoit que "le fait de collecter des données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 Euros d’amende." Voyez par vous-même les articles 226-16 à 24 : Le Code pénal sur Legifrance

Voilà donc Loïc Le Meur, responsable de la campagne Internet de l'UMP qui, non seulement ne respecte pas la réglementation de la CNIL, mais bien plus, il diffuse publiquement les données recueillies sur son site sans aucune remords vis-à-vis des principaux fondamentaux de protection de la vie privée des gens.

(Source : Betapolitique)

Cela continue : Débat sur I-Tele entre Loïc Lemeur et Vincent Feltesse sur l’affaire de l’oreillette de Sarkozy. Dans la journée, Lemeur accuse dans son blog le PS d’avoir monté cette affaire. Débat ferme mais courtois. Vincent Feltesse rappelle que la personne qui a sorti la vidéo de Sarko a effectivement posté des contributions sur Désirs d’avenir mais qu’il en a été exclus depuis des mois du fait de contenu assez particulier sur son site. De plus rien sur cette affaire sur les site Désirs d’avenir, du PS et dans la constellation des 1000 blogs pro-Ségolène Royal, seuls 3 ont repris cette info. Le respect de la NetEthique est presque exemplaire. Mais, l’affaire continue après…

Loïc Lemeur après son passage sur i télé avec Vincent Feltesse a publié sur son blog l’extrait vidéo de l’émission. Après avoir titré l’article : “Le PS reconnaît avoir envoyé ses militants pour polluer le blog”, il a dû faire machine arrière suite aux attaques des «colleurs» dans les commentaires qui ont dénoncé la diffamation du conseiller de Sarkozy sur la Netcampagne.

Loïc Lemeur a reposté un message plus correct dans lequel il affirme: «mise à jour: rien, ravi d’avoir rencontré Vincent Feltesse, vive le PS et bonne nuit.» (!)

Sur ce dernier message, les «colleurs» dénoncent le non-respect des dispositions de la CNIL par Lemeur qui a publié les adresses mails et adresses IP des internautes ayant laissé un message sur son blog.

(source : Blog du SN au TIC)