1°) NICOLAS SARKOZY DECOUVRE LES OUVRIERS !

Nicolas Sarkozy se présente comme le défenseur des travailleurs, dont il découvre, ému, « la culture », et prétend désormais les défendre, « car la gauche les aurait trahis ». Son leitmotiv ? Avec les 35 heures, la gauche aurait non seulement ruiné l’économie française mais trahi les valeurs de la culture ouvrière, propageant le mythe de la « fin du travail » !

2°) IL EST INDISPENSABLE DE RETABLIR LES FAITS !

• Non, la gauche n’a pas dévalorisé le travail

  • Les 35 heures ont permis à 350 000 personnes de retrouver le chemin de l’emploi : peut-t-on oser dire que pour ces 350 000 personnes et leurs familles le travail a été dévalorisé ?
  • De même, les emplois jeunes ont permis de redonner espoir à 470 000 jeunes embauchés de 1999 à 2005, dont 9 sur 10 étaient en emploi et 70% en CDI % un an et demi après leur emploi jeune (DARES, n° 44, novembre 2006).

• Non, le pouvoir d’achat n’a pas baissé à cause des 35 heures.

  • Selon l’INSEE, le niveau de vie des Français, qui avait augmenté continûment de 1997 à 2002, a baissé en 2002 et 2004.
  • Le pouvoir d’achat, qui avait lui aussi augmenté sous la gauche, a stagné depuis. En effet, de 1998 à 2002, la part des salaires dans la valeur ajoutée, en baisse depuis le début des années 1980, a augmenté de 1,9 point ! Au contraire, entre 2002 et 2004, cette part a diminué.

• Nicolas Sarkozy amalgame les chiffres :

  • pour présenter ce qui l’arrange (« depuis 25 ans, le pouvoir d’achat n’a cessé de baisser »)
  • et oublier le bilan désastreux de la droite en la matière : le pouvoir d’achat avait augmenté de 3% par an en moyenne entre 1997 et 2002, il n’a augmenté que de 1,5% par an depuis, et 1,1% en 2004, lorsque Nicolas Sarkozy était à Bercy !

• Les propositions de Nicolas Sarkozy contribueront à précariser le travail au lieu de le valoriser.
En proposant, avec le contrat unique, un « CNE pour tous », Nicolas Sarkozy, qui se réclame de la dignité de l’homme, oublie-t-il qu’un licenciement sans motif porte atteinte à la dignité même du travailleur, en contradiction avec le droit international du travail ? Le salarié jetable, licencié sans motif, est-ce cela le travailleur national émancipé de M. Sarkozy ?

• Nicolas Sarkozy prétend permettre aux Français de « travailler plus pour gagner plus »
Mais c’est une vaste super supercherie !

  • Ses propositions de détaxation des heures supplémentaires ne permettront que de rendre moins cher le travail pour les employeurs…
  • En aucun cas de donner une quelconque « liberté » aux salariés, qui ne décident pas des heures supplémentaires.
  • Elles n’apporteront aucune solution aux trois millions de salariés en temps partiel subi qui souhaiteraient bien travailler plus.
  • Elles décourageront l’embauche, en rendant plus avantageuses les heures supplémentaires.

• En attaquant constamment les « charges sociales », Nicolas Sarkozy reprend l’antienne bien connue du Medef.

  • S’il s’intéressait réellement aux « travailleurs » :
  • Il saurait que ces « charges » qu’il pourfend sont en fait des cotisations qui servent à financer la protection sociale et donc à améliorer la vie des travailleurs.
  • Il se demanderait si outre ces charges sociales insupportables, les «charges financières » que font peser les exigences des actionnaires sur les dirigeants ne sont pas aussi une contrainte forte qui empêche de redistribuer du pouvoir d’achat aux salariés…

• Les propositions de Nicolas Sarkozy favorisent les rentiers et les employeurs, pas les travailleurs.

• Est-ce revaloriser le travail que de favoriser outrageusement l’héritage en supprimant l’impôt sur les successions, en renforçant le mécanisme du bouclier fiscal qui déjà en 2007, permettra à 17 000 personnes de se partager 350 millions d’euros ?

• Nicolas Sarkozy prétend défendre la « liberté » en détaxant les patrimoines et en favorisant les plus riches

  • Il ne contribue ainsi qu’à favoriser les rentiers et la reproduction sociale.
  • Rappelons que même les Etats-Unis, si chers au candidat, ont toujours eu un taux supérieur d’imposition sur les successions supérieur au taux français : il était de 77% dans les années 1940, il est de l’ordre de 55% aujourd’hui – tout simplement parce qu’au pays des « self made men », il est incompréhensible de favoriser les rentiers !

3°) LES PROPOSITIONS DE SEGOLENE ROYAL SONT LES SEULES A MEME DE REPONDRE AUX ATTENTES DES CLASSES POPULAIRES
• Nous voulons réellement «faire que le travail paie »

  • par une revalorisation du SMIC à 1 500 euros brut
  • et une grande conférence salariale qui permettra une hausse de tous les salaires et une progression des carrières.

• Lutter contre la précarisation en faisant du CDI la norme pour tous.

  • Revaloriser les petites retraites dans le cadre d’une négociation d’ensemble sur les retraites avec les syndicats
  • Instaurer une fiscalité plus juste qui permette une véritable redistribution des richesses et pas une accumulation par les rentiers.



« Le courage, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe ».
Cette phrase de Jaurès s’applique bien à Nicolas Sarkozy qui aime maintenant le citer !